Les solutions permettant de publier un livre sont aujourd’hui nombreuses. L’impression laser, les plateformes de vente en ligne et les outils de publication assisté ont créée une palette très large dans laquelle l’auteur peut choisir ce qui lui convient le mieux. Les trois grandes modalités de publication sont le compte d’éditeur, le compte d’auteur et l’autoédition.

L’édition à compte d’éditeur

C’est le modèle le plus connu. Les maisons historiques de la place de Paris publient depuis plusieurs siècles selon cette modalité définie par le Code civil. Ils ‘agit pour l’éditeur de supporter l’ensemble des frais liés à la publication du livre. Il va en contrepartie proposer des droits d’auteur très faibles et se réserver la propriété de l’œuvre pour deux ou trois années. L’auteur ne pourra pas en publier des extraits (revues par exemple) u négocier une adaptation (bande dessinée, cinéma) sans en référer à son éditeur qui pourra l’en empêcher.

L’avantage pour l’auteur est le prestige de la maison d’édition, sa force de frappe auprès des grands médias, et bien entendu le fait que l’opération ne lui coûtera rien.

L’inconvénient tient à la perte de contrôle de l’auteur sur son œuvre, et surtout au fait que rares sont les nouveaux auteurs qui décrochent des contrats auprès de ces maisons. En bonne logique, puisqu’elles assument seules le risque financier, elles préfèrent se concentrer sur des auteurs ayant déjà rencontré un minimum de succès ou ayant une notoriété établie pour limiter leur risque.

L’édition à compte d’auteur

Elle propose une alternative en ce qu’elle permet à des auteurs n’ayant jamais publié d’accéder à une solution plus ou moins complète, selon la maison retenue (voir l’article sur les critères de choix d’une maison d’édition à compte d’auteur). Moins sélectives, voire pas du tout pour certaines, elles rendent des avis dans des délais relativement brefs (de l’ordre de quelques semaines) et proposent des prestations dont le tarif est le plus souvent proportionnel aux services rendus à l’auteur.

L’avantage pour un auteur est l’obtention d’une réponse rapide et la possibilité de trouver une solution dans tous les cas (en allant voir les maisons les moins sélectives).

L’inconvénient tient aux sommes à débourser pour voir son livre paraître, sommes qui ne seront pas toujours couvertes par la part auteur reversée sur les ventes.

L’autoédition

C’est une version dégradée de l’édition à compte d’auteur. Un prestataire accompagne a minima l’auteur dans la mise en page et l’impression de son livre. La correction, la composition, voire la réalisation de la couverture restent à la charge de l’auteur qui n’aura pas les conseils requis pour plaire au plus grand nombre et pourra se retrouver avec un livre de qualité très relative. Les coûts sont très faibles puisqu’en plus de n’accompagner que légèrement l’auteur, les prestataires d’autoédition n’impriment le plus souvent les livres que « on-demand », c’est-à-dire uniquement les exemplaires vendus, un par un, avant de les expédier au lecteur.

L’avantage de cette solution est son très faible coût.

L’inconvénient majeur est que toutes les prestations susceptibles d’améliorer la qualité du livre (correction, graphisme, etc.) ainsi que sa visibilité (page web, posts sur les réseaux sociaux) et sa diffusion (mise en place dans quelques librairies) font l’objet d’options payantes.

Conclusion

Un auteur qui bénéficie d’un peu de notoriété ou qui travaille sur un sujet d’actualité pourra tenter sa chance auprès des maisons d’édition à compté d’éditeur. Il ne devra toutefois pas être pressé. Un auteur soucieux d’une sortie de son livre dans les règles de l’art sans supporter l’aléa et les délais pourra se tourner vers les maisons d’édition à compte d’auteur, de préférence en étant lui-même sélectif pour éviter les mauvaises surprises (voir article sur le choix de la maison d’édition à compte d’auteur).

LinkedIn
Share
Instagram